La Fondation Tara Ocean a jeté l’ancre plus d’1 mois à Lyon

26/01/2024 -- paru surLyon Positif

Pour les 20 ans de la Fondation Tara Océan, plus de 7000 personnes ont été sensibilisées à la protection marine à Lyon sur leur célèbre bateau de recherche : La goélette. Durant 47 jours, elle a fait escale sur les berges du Rhône à Confluence pour partager avec le grand public et les acteurs locaux engagés l’ensemble de leurs connaissances scientifiques. Lyon Positif a fait le bilan de cette pause lyonnaise avec Myriam Thomas, directrice du pôle culture et sensibilisation de la Fondation Tara Océan.

La Goélette, le messager de l’océan

Ils auraient pu amarrer la goélette dans le port de Lyon mais c’est au plus près du Rhône et ne prenant le temps qu’ils ont choisi d’aller à la rencontre des lyonnais(e)s. Myriam Thomas nous rappelle ainsi que la fondation avait à coeur de mettre à disposition la plus large palette d’outils accessibles pour vulgariser au mieux leurs recherches et “prendre du recul pour s’interroger sur notre rapport collectif aux fleuves, à l’océan et aux vivants”.

Au coeur même de la goélette, mais aussi dans de nombreux lieux culturels de la métropole lyonnaise, la fondation a partagé les trouvailles récupérées durant leur traversée de l’océan, notamment la biodiversité cachée. La “science participative” demeure ce qui est le plus efficace pour transmettre ce qui demeure finalement leur plus grande découverte : “Le fleuve est l’artère de la mer”.

Cette escale a rendu possible la rencontre et l’organisation d’évènements avec les associations lyonnaises, dont certaines bien connues de la communauté de Lyon positif comme ODYSSEUS 3.0 ou encore la Maison de L’environnement, pour évoquer des problématiques locales et spécifiques.

Plus de 4000 scolaires mais également des publics plus éloignés de ces sujets comme des personnes suivies par les centres sociaux, ont été sensibilisés à des enjeux cruciaux qu’est par exemple le chemin de la pollution plastique. Des forces vives bien utiles puisqu’une collecte de déchets débutée en janvier a empêché environ 370 kg de déchets de finir dans la mer Méditerranée.

Tara Océan, au chevet de nos océans en péril

Tara Ocean, qui a le titre d’observateur spécial de L’ONU, compte à son actif une douzaine d’expéditions scientifiques et près de 1 100 publications reconnues. Depuis 20 ans, les équipages se relaient pour explorer les eaux profondes de notre planète et transmettre les découvertes afin de susciter une prise de conscience citoyenne collective.

Si la fondation est aussi active, c’est hélas que l’état de santé de nos océans est en péril. Quand ce n’est pas la surpêche qui surexploite 30 à 40 % des espèces marines, ce sont les pollutions pétrolières, nucléaires et plastique qui les dégradent. 

Véritable fléau pour l’écosystème marin, ce sont des rejets de produits toxiques, engrais ou pesticides qui se retrouvent tôt ou tard dans les océans, en commençant par les fleuves au plus près de nous. Chaque année, on estime que 8 millions de déchets, principalement plastiques, sont déversés dans les mers au point que l’on assiste depuis quelque temps à la formation d’une masse de plastique immense, qu’on désigne souvent comme le 7ème continent ! 

Pour comprendre, anticiper et atténuer cette dégradation, l’exploration demeure le meilleur moyen. Elle est rendue possible par un Consortium scientifique (entente formée pour mener des projets communs) créé avec des laboratoires scientifiques français et internationaux qui s’incarnent à travers la goélette. 

Ce bateau, fer de lance de la recherche la plus avancée, permet à la fois d’étudier la biodiversité marine, d’anticiper les impacts du changement climatique et des pollutions tout en allant à la rencontre des populations locales. : “ En comprenant les micro-organismes, on comprend l’état de santé de nos océans.” En 2022, en mêlant la Science, l’humain et l’art ce sont plus de 23 355 personnes qui ont participé à un évènement TARA.

““1 personne sur 2 sur la planète vit à moins de 100 km d’un fleuve, d’une rivière ou d’une cote et l’autre moitié d’un marécage ou d’un étang” ” 

Myriam Thomas, directrice du pôle culture et sensibilisation de la Fondation Tara Océan.
logo
Laissez vous

Positiv In Lyon

Découvrez l'équipe

logo
logo

Apportez vos idées

Le média des récits locaux à impact positif