À Lyon tout roule pour l’autopartage !

19/12/2023 -- paru surLyon Positif

On avance enfin ! Le 11 décembre 2023, lors de son dernier conseil de l’année, La Métropole de Lyon a approuvé la création d’un service public d’autopartage en stations, c’est-à-dire les conditions d’utilisation successive dun même véhicule par différents usagers. Une décision qui implique notamment la mise en service et le déploiement de véhicules classés CritAir 1 ou 0 : 1000 d’ici 2026 tous et jusqu’à 3400 en 2030. Une avancée de taille aux conséquences éminemment positives pour le territoire lyonnais.

Une nouvelle étape significative

L’autopartage, qui a vu le jour il y a 20 ans à Lyon, se retrouve aujourd’hui au cœur de l’attention avec une volonté politique affichée par la nouvelle gouvernance métropolitaine d’en “massifier” l’usage. Les lyonnais auront désormais bientôt un libre accès à ce service public, 24h/24, grâce au déploiement effectué par la collectivité sur l’ensemble du territoire lyonnais et ce, comme le souligne Fabien Bagnon, vice-président de la Métropole de Lyon, “pour pallier le manque d’offres privées existantes, entravées par des difficultés de rentabilité”.

Cette initiative de mobilité est une des réponses aux défis de la Zone à Faibles Émissions (ZFE), en restreignant de fait la circulation des véhicules les plus polluants. Elle contribue également à réduire le parc automobile, à améliorer la qualité de l’air et à diminuer les coûts d’utilisation pour les usagers, qui n’ont plus à se soucier des dépenses liées à l’achat, l’assurance ou l’essence par exemple.

La voiture : un marqueur social à déconstruire

L’usage de la voiture individuelle, souvent perçue comme un indicateur de niveau social, doit être repensé en raison de ses nombreux impacts néfastes sur l’environnement. En effet, le transport routier demeure l’un des principaux contributeurs aux émissions de polluants atmosphériques. Selon la synthèse très claire, réalisée par l’association The Shifters en avril 2022 et portant sur le 6ème rapport du GIEC sur l’atténuation du changement climatique, des efforts significatifs restent à accomplir : “Pour limiter le réchauffement à 1,5°C, le secteur des transports devra réduire ses émissions de 59% d’ici à 2050. Ou de -29% pour rester en dessous de 2°C.”

Il y est par ailleurs rappelé que “l’avenir est clairement à la mobilité locale partagée, que l’autopartage permet par exemple de remplacer entre 5 et 8 véhicules privés et que de tels changements structurants nécessitent un travail important de réorganisation des plans d’urbanisme et de l’usage des sols.” 

“Longtemps considéré comme génératrice de liberté et de progrès, la voiture individuelle est désormais, en milieu urbain, une aliénation et une aberration climatique”

Legendre Laurent, Conseiller de la Métropole de Lyon en présentant le rapport soumis à délibération.
logo
Laissez vous

Positiv In Lyon

Découvrez l'équipe

logo
logo

Apportez vos idées

Le média des récits locaux à impact positif